Limiter les risques d’accident dans votre entreprise

  • forklift

Comment réduire les risques d’accident de travail ?

En entreprise, les risques de chutes, de glissades ou de maladies sont difficilement prévisibles, mais peuvent être limités dans la mesure du possible, grâce notamment à l’installation d’équipements de protection collective performants. Il est important de dissocier les termes de danger et de risque, qui ne présentent pas les mêmes enjeux d’un point de vue sécurité et mise en œuvre de mesure préventive. Une substance nocive comme l’acide, par exemple, peut être considérée comme dangereuse, mais si des mesures de précaution sont prises concernant son utilisation, comme le port de lunettes de protection ou de gants, obligatoire, alors, le risque qu’elle puisse provoquer des accidents et des blessures est limité.

Quels risques d’accident pour les employés ?

Les accidents sur le lieu de travail sont, la plupart du temps, causés par une mauvaise organisation du travail ou une évaluation erronée des risques et donc des mises en place d’équipements de protection. Par exemple, si dans une usine, un employé glisse et se casse une jambe, il y a fort à parier que le revêtement de sol n’est pas adapté, ou que le salarié n’a pas respecté les consignes de sécurité (ne pas courir, porter des surchaussures…). C’est pourquoi les équipements de protection collective (revêtement de sol) et les équipements de protection individuelle (surchaussures) doivent être complémentaires, afin de limiter les risques liés à l’activité exercée par les collaborateurs.

On observe plusieurs types d’accidents de travail, qui tous, nécessitent des dispositifs de protection bien spécifiques. D’abord, il y a les accidents mécaniques provoqués par des projections, des heurts, des écrasements, des coupures ou encore des perforations… Ensuite, on note les accidents dont les causes sont physiques comme les vibrations, le volume sonore, l’éclairage, la température, la qualité de l’air, les intempéries, l’exposition au soleil, etc. D’autres sont de l’ordre du chimique tel qu’une exposition à des produits chimiques, allergisants, gazeux, cancérigènes, nocifs pour la santé… Puis, il y a ceux qui sont biologiques comme l’inhalation d’un produit toxique, une morsure ou une piqûre. Enfin, on trouve des causes d’accidents professionnels liées aux agressions psychologiques comme les agressions physiques ou verbales, le harcèlement moral ou sexuel de la part d’un supérieur hiérarchique ou d’un collègue, le stress, ainsi que les charges de travail trop importantes, qui peuvent entraîner des burn-out ou des dépressions.

Les différents types de mesures à mettre en place pour réduire les accidents au travail

Afin de limiter les risques d’accident de travail, et en réduire les conséquences, il existe plusieurs types de mesures de prévention : la prévention primaire, la prévention secondaire, la prévention tertiaire ou encore la prévention collective et individuelle. C’est en quelque sorte le travail qui s’adapte à l’homme. La prévention primaire, par exemple, vise à éviter l’apparition d’un risque ou à supprimer ses causes (les facteurs de risques). Les dispositifs mis en place ont donc pour but d’agir sur les conditions de travail et leur organisation, en remplaçant par exemple, dès qu’il est possible, un produit dangereux par un autre qui ne l’est pas.

La prévention secondaire, elle, sert principalement à éviter le danger, et non le risque. Elle est davantage centrée sur l’individu et sa protection, que sur l’environnement lui-même. Autrement dit, le risque n’est pas supprimé, mais des solutions alternatives sont proposées, par des équipements de protection individuelle, par exemple, ou une formation aux gestes de premier secours, à la gestion du stress, etc. Ici, c’est l’homme qui s’adapte aux conditions du travail à effectuer. La prévention tertiaire quant à elle vise à limiter les dommages et toutes complications ou séquelles, tandis que la prévention collective va surtout s’attarder sur la protection de l’ensemble de salariés d’une entreprise. En effet, la prévention collective a pour objectif de supprimer ou de réduire les situations à risques sur les lieux de travail. Il peut s’agir, par exemple, d’un revêtement de sol antidérapant, de la présence d’une barrière de protection, d’une isolation phonique des locaux, ou encore de la présence d’une aération imposante, qui limite les aspirations de vapeurs toxiques ou de fumées nocives.

Quelles obligations pour l’employeur ?

Selon les articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du Code du travail, tout employeur est dans l’obligation de prendre les mesures nécessaires afin de préserver la santé physique et mentale de ses collaborateurs. Ces mesures sont composées d’actions de prévention des risques d’accident au travail, d’actions d’information et de formation, ainsi que de la mise en place d’une organisation et de moyens adaptés à l’activité des salariés. La loi prévoit d’ailleurs 9 principes généraux de prévention, qui sont : Éviter les risques de manière générale en installant les locaux d’équipements de protection fiables ; Évaluer les risques qui ne peuvent être évités en réunissant tous les acteurs concernés par ces risques ; Combattre les risques qui ne peuvent pas être évités en réduisant l’exposition des employés à ces risques ; Adapter le travail à l’homme et non l’inverse ; Tenir compte de l’état d’évolution de la technique en matière de sécurité et de protection ; Remplacer ce qui est dangereux par ce qui l’est moins dans la mesure du possible, qu’il s’agisse des équipements de protection collective ou individuelle ; Planifier la prévention en y intégrant technique, organisation et conditions de travail ; Prendre des mesures de protection collective suffisamment performantes et efficaces pour réduire les risques d’accident en tout genre ; Et enfin, donner les instructions appropriées aux travailleurs par le biais d’une signalisation horizontale et verticale claire ou en assurant régulièrement des formations préventives en interne sur les risques d’accident au travail.

En conclusion, on peut facilement considérer la prévention des risques d’accident de travail comme étant un élément prioritaire au sein d’une entreprise, quel que soit son domaine d’activité. Par la mise en place notamment d’équipements de protection collective comme des barrières de protection, des portiques de sécurité, un revêtement de sol adapté, une insonorisation performante ou encore un éclairage adéquat, vous pouvez maintenir la sécurité et éviter les accidents de travail. Essentielle à tous les niveaux (économique, social, juridique, éthique…), la mise en place de mesures préventives et d’équipements de protection collective au travail est indissociable de la qualité de vie au travail, et donc du bien-être des employés.

Mots clés

EPI